La députée qui se faisait siffler à l’Assemblée nationale

Femmes.
Par défaut

La députée Patricia Tomaïno Ndam Njoya de l’Udc a attendu 05 ans pour raconter cette incroyable histoire à la presse.

« Quand j’arrive à l’Assemblée nationale en 2007, j’avais l’habitude de mettre des tailleurs avec pantalon. Mais j’avais remarqué que lorsque je passais, les policiers affectés à l’assemblée me sifflaient avec instance. Je me suis dit que cette situation n’était pas une situation normale et je m’en suis plainte auprès du secrétaire général de l’époque» Le Sg lui aurait expliqué que le règlement intérieur interdit le pantalon pour les dames dans l’enceinte de la chambre basse du parlement. Cependant comme députée, il était possible de faire quelque entorse à la règle. Parce qu’elle jugeait cette réponse insatisfaisante, elle a saisi le président de la Chambre qui a demandé, après de la ratification du protocole de Maputo en 2010 que cette règle soit levée pour toutes les femmes.

Femmes.

La femme politique a dénoncé ce comportement auprès des autorités compétentes.

À la présidence de la République, alors que les députés sont conviés à une présentation de vœux au Palais de l’Unité raconte-t-elle encore, le protocole lui demande de se mettre de côté. « On ne salue pas le président avec le pantalon lui répond-on lorsqu’elle demande des explications. Lorsque les autres députés vont aller saluer le président vous allez attendre un moment ». Malgré le fait qu’elle avait son carton d’invitation, le protocole d’Etat est resté inflexible. Il a fallu l’indignation et l’insistance des autres parlementaires pour qu’elle réussisse à serrer la main du président… avec un pantalon.Finalement raconte-t-elle, les responsables de cette méprise ont été sanctionnés à la suite de cet incident.

The following two tabs change content below.
William Bayiha
Presqu'étudiant, presque curieux, presque reporter, presqu'intellectuel, presque sérieux, presque citoyen du monde... presqu'engagé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *