Transformer sur place les matières premières pour combattre l’immigration clandestine ?

Par défaut

 

Jeune homme au travail.

Très peu d’emplois à long terme naissent des investissements en Afrique. Cela conduit notamment à l’immigration clandestine.

La question migratoire a été au cœur du sommet Afrique-Europe qui s’est tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Et dans les discussions, le chômage de masse a été identifié comme le principal mal qui ronge le continent et pousse la jeunesse à partir. En évoquant la question du chômage, on tombe sur des chiffres qui poussent à réfléchir…

la suite…

La surpopulation de l’Afrique est un mythe

Par défaut

Les Africaines font trop d’enfants et le défi de l’Afrique, pour se développer, est de réduire sa natalité. Voilà en quelques mots comment pourraient se résumer les récents propos du président français Emmanuel Macron. «Dans un pays qui compte encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien», a-t-il observé alors qu’il répondait à une question lors d’une conférence de presse en marge du sommet du G 20. la suite…

Si j’étais Français, je voterais Marine Le Pen !

Par défaut
marine-le-pen

Il n’est un mystère pour personne que les percées de l’extrême droite constituent une lame de fond politique et idéologique.

Je  revois la tête incrédule de mon interlocuteur qui trônait au-dessus de sa nationalité. Il n’en revenait pas. Un Noir avoir de la sympathie pour le Front national ?! En voilà une idée ! Un parti antirépublicain et aux thèses ouvertement racistes et xénophobes. Il s’étonnait qu’ la suite…

Doit-on prier quand on vit en Afrique ?

Discussion

Pour Pâques, inutile de rappeler à quel point la religion est omniprésente en Afrique. Mais j’ai assisté récemment à une discussion dans un autobus qui m’a profondément marquée.

La meilleure façon de remercier Dieu était de se retrousser les manches.

La meilleure façon de remercier Dieu était de se retrousser les manches.

C’était un dimanche blanc et chaud. Il était environ neuf heures. J’étais assis à l’arrière de ce bus bondé que je venais de prendre pour me rendre en ville. Souvent, il faut savoir se joindre à la foule . À côté de moi, il y avait une femme avec son nourrisson dont la peau était couverte de ces petits boutons qui envahissent le corps des enfants qui sont exposés à la chaleur intense et moites de nos villes côtières. Le bus venait une énième fois de s’arrêter.

la suite…