Homosexualité : des outils pour transformer le non en oui

Par défaut

Les médias européens et leurs gouvernements veulent contraindre les anti-homosexualité au silence en usant de trois outils.

1-      Les effets de cadrage

Deux noirs qui s'embrassent.

Dire que la question de la légalisation des pratiques homosexuelles relève des droits de l’homme est indéfendable – (c) newscotedivoire.net

La mort d’Eric Lebembe la semaine dernière a ramené au-devant de la scène internationale la question de l’homophobie au Cameroun. En déconstruisant les nouvelles envoyées à Paris par la correspondante locale de Radio France Internationale et repris par la British Broadcasting Corporation, je me rends compte qu’il ne s’agit que d’un prétexte pour mettre la pression sur le gouvernement camerounais et le pousser à la faute.

La nouvelle est lapidaire. « Un journaliste, militant homosexuel assassiné à Yaoundé ». Même un enfant du Moyen 2 peut constater qu’il y a une volonté de politiser à tout prix la mort de ce jeune homme. J’ai la chance de travailler au quotidien La Nouvelle Expression où la victime a effectué un stage académique en 2006. Certes, il s’occupait des activités de communication pour des événements organisés par Me Alice Kom. Mais personne ne savait qu’il était lui-même militant. D’ailleurs, il s’en défendait lui-même. Pourquoi sa mort serait-elle liée au fait qu’il soit homosexuel ? Sait-on que ce 21 juillet 2013 un homme a été retrouvé décapité dans l’Ouest du Cameroun ? Qu’est-ce qui explique qu’on ne parle pas de lui ? Sait-on que la campagne internationale de la mort d’Eric fait de son cadavre une dépouille non grata pour ses proches ?

2-      La stigmatisation

Le simple fait d’avoir forgé la notion d’homophobie est symptomatique de la conception que se font certains de la hauteur de leurs orientation sexuelle. Homophobie = homo+phobie.  Si on est contre l’homosexualité, c’est qu’on est contre les hommes. Non, je ne déteste pas les hommes. Je ne déteste même pas les homosexuels. Ce serait absurde. Je les comprends et je leur dis que je ne suis pas d’accord avec leur conception de la vie. Attention, mon point de vue est aussi radical que la volonté des gays d’accéder à la légalité à défaut de la légitimité. Ne soyez pas homophobes ! Parce que les homophobes sont des extrémistes. Quid des homosexuels ?

L’agenda international d’un pays comme le Cameroun est rempli des séquelles de la stigmatisation dont le pays et ses citoyens font l’objet à travers le monde parce qu’ils soutiennent le point de vue de la logique et du bon sens. Tout le monde peut être hétéro mais tout le monde ne peut pas devenir homo. L’humanité disparaîtrait dans deux générations !

3-      L’amalgame

L’une des armes utilisées par ceux qui soutiennent une légalisation de l’activité homosexuelle au Cameroun comme ailleurs est l’amalgame. Ils mélangent tout pour créer la confusion. Dire que la question de la légalisation des pratiques homosexuelles relève des droits de l’homme est indéfendable. Est-ce qu’on doit tuer quelqu’un parce qu’il est cleptomane? Non ! Est-ce qu’on doit lui appliquer les rigueurs de la loi pénale. Oui si les faits sont établis ! Est-ce qu’on doit tuer quelqu’un parce qu’il a des penchants homosexuels ? Non ! Est-ce qu’on doit lui appliquer les rigueurs de la loi ? Oui, si les faits sont établis. Mettre dans le même sac les immigrants clandestins parqués dans les camps de concentration le long des côtes méditerranéennes et la décision de lutter contre le fléau de la pédérastie et du lesbianisme est un mélange de genre de nature à créer le trouble dans l’esprit d’honnêtes citoyens.

L’homosexualité est une très mauvaise idée

Deux filles s'embrassent
Par défaut
  • Je sais que c’est un peu démodé mais je le pense

Voici cinq raisons pour lesquelles je pense que les français ont tord de transformer leur République en Gayland.

1-      Le taux de natalité dans le pays est extrêmement faible quoiqu’en disent les statistiques. Si la France est N°1 en Europe, ce n’est pas qu’elle se porte bien. C’est qu’elle fait moins mal que les autres.

Deux filles s'embrassent

Elles l’ont fait lors d’une manifestation contre le mariage gay le 23 octobre 2012 à Marseille.

2-      Une partie de la population n’est pas d’accord même si les médias s’arrangent, on ne sait comment à ne pas relayer les actions organisées contre la loi socialiste qui veut à tout prix légaliser l’homosexualité en France.

3-      Peut-être dans l’Hexagone, les gens deviennent pédérastes ou lesbiennes parce que c’est bien et qu’ils le veulent bien. Chez nous, c’est souvent une contrainte et parfois ça se termine mal. Je suis Camerounais, suivez le lien. Par mimétisme, ces gens qui obligent les jeunes à subir des assauts homosexuels vont vouloir nous imposer une pratique considérer par la majorité comme contrenature.

4-      Je ne sais pas si on a pensé à l’éventualité d’avoir non pas un président concubin, comme c’est le cas maintenant, mais un président homosexuel. Qu’est-ce que ferait son compagnon entre-temps ? C’est très pervers.

5-      Que dire aux enfants ? Devenez tous homosexuels ? Je vous assure que dans moins de 10 ans, nous les Africains nous prenons le pouvoir en Europe. C’est peut-être pas plus mal ainsi.